La cohabitation du parc avec les différents usages de la mer

La proposition d’implantation des éoliennes au sein de la zone soumise à appel d’offres a été réfléchie avec les acteurs locaux de façon à favoriser la cohabitation du parc avec les différents usages de la mer : pêche professionnelle, plaisance, tourisme.

Parmi les mesures proposées :

  • Des éoliennes de 8 MW pour en réduire le nombre et limiter ainsi l’emprise du parc, les risques de collision et les délais d’installation et de démantèlement ;
  • L’alignement des éoliennes dans le sens des courants marins et la création de couloirs d’environ 950 mètres de largeur pour faciliter le maintien des activités de pêche professionnelles ainsi que la migration des oiseaux, permettant aussi de réduire le risque de collision ;
  • La création de couloirs de navigation d’environ 900 m de largeur ;
  • L’orientation de l’ensouillage des câbles inter-éoliennes à 1,5 mètres de profondeur, pour limiter le risque de croche ;
  • La localisation des éoliennes en dehors du périmètre des 4 épaves identifiées qui hébergent une faune marine abondante ;
  • L’installation des éoliennes et des câbles en dehors des principaux corps dunaires pour limiter l’impact sur les mouvements des sédiments et réduire ainsi le risque « engins explosifs »

La sécurité maritime

La sécurité maritime et aérienne a été prise en compte dès la conception du projet.

La zone du parc a été définie en dehors des principales routes maritimes. Par ailleurs, un balisage maritime et aéronautique assurera la signalisation des éoliennes.