Une étude pour évaluer l’impact de l’éolien en mer sur le tourisme

25/07/2018 | Les actus et l'édito

Accueil » Une étude pour évaluer l’impact de l’éolien en mer sur le tourisme
Forte de nombreuses rencontres avec des acteurs locaux du tourisme, Eoliennes en Mer Dieppe Le Tréport (EMDT) a sollicité le cabinet d’étude VUES sur Mer pour qu’il réalise une étude compilant les retours d’expérience, en matière de tourisme, de territoires ayant vu s’implanter des parcs éoliens en mer en Europe et aux Etats-Unis. Cette étude, réalisée entre janvier 2017 et février 2018, analyse les effets qu’ont eu les parcs éoliens en mer sur le tourisme dans six régions différentes de Grande-Bretagne et détaille une trentaine d’offres touristiques liées à l’éolien, observées dans six pays (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique, Danemark, Allemagne, Etats-Unis).

Rencontre avec Michèle Cabanis, présidente de VUES sur Mer et auteur de l’étude.

Quelles sont les activités du cabinet VUES sur Mer ?

La société VUES sur Mer a de nombreuses activités transversales : d’abord créée pour accompagner la réalisation et le développement de projets complexes en bande côtière, elle a élargi son offre en absorbant une deuxième société (Cabanis & Associés), qui était dédiée depuis 25 ans aux stratégies et au développement des territoires et des entreprises. C’est ainsi que le tourisme, l’innovation, et l’ingénierie de projet des « villes littorales durables » sont entrés dans notre éventail d’expertise.

Pourquoi réaliser ce retour d’expérience « tourisme et éolien en mer » ?

Lorsqu’un projet énergétique arrive pour la première fois sur un territoire, il est normal de se poser de nombreuses questions sur les impacts qu’il peut générer. Chacun imagine cette arrivée avec son propre regard, attaché à ce qui fait son quotidien : un paysage aimé, une activité économique qui le fait vivre, une image du territoire qui fait son attractivité… Dans ce cadre, les acteurs du tourisme sont bien naturellement sensibles à ce qui pourrait contribuer à fragiliser leur filière. Ces questionnements, les pays qui ont accueilli des parcs au large de leurs côtes les ont vécus aussi. Mêmes angoisses, mêmes sujets d’opposition parfois.

Aller chercher l’information auprès des acteurs du tourisme dans différents pays vivant cette expérience, c’est profiter d’un recul conséquent (parfois plus de 20 ans) sur les effets produits en réalité et pouvoir ainsi les partager avec les territoires français pour lesquels l’expérience reste inédite à ce jour.

De quelle manière a été réalisée cette étude sur le tourisme ?

Cette étude est, à notre connaissance, la plus exhaustive sur ce thème qui ait été faite à ce jour. Les retours d’expérience de 6 pays y sont étudiés : la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, les Etats-Unis, la Belgique et le Danemark.

En amont, un travail d’évaluation a permis de désigner les côtes à étudier, choisies pour leur qualité d’attractivité touristique et leurs similitudes avec le littoral français. Nous restons toutefois conscients que tout territoire reste unique et que les expériences qui y sont vécues le sont également. Nous avons voulu donner la plus grande importance aux témoignages directs d’acteurs du tourisme. Nous avons donc interrogé plus de 120 interlocuteurs répartis dans les 6 pays.

La première partie de l’étude s’intéresse uniquement à la Grande-Bretagne et plus particulièrement aux effets de l’arrivée des parcs éoliens en mer sur le tourisme des régions qui les ont accueillis. Outre les témoignages recueillis, nous avons également, territoire par territoire, collecté et analysé les statistiques de l’activité touristique des différentes régions au regard des périodes d’arrivée progressive des parcs éoliens en mer. Deux critères majeurs ont ainsi été étudiés : la fréquentation touristique et les dépenses des touristes sur leur lieu de vacances.

Dans la seconde partie, nous avons élargi le rayon géographique en nous intéressant à d’autres pays d’Europe du Nord et aux Etats-Unis. L’objectif ici était d’identifier et d’analyser les activités touristiques qui se sont créées autour de l’éolien en mer.

Quels en sont les principaux enseignements ?

En Grande-Bretagne, les témoignages des acteurs du tourisme et l’analyse des résultats de la filière sur les années d’arrivée, de construction puis d’exploitation des parcs n’ont pas permis de constater un impact négatif des parcs éoliens en mer sur l’économie touristique locale.

Concernant les activités touristiques qui ont pu être créées autour des projets éoliens en mer, en Europe du Nord et aux Etats-Unis, les différents exemples présentés dans l’étude montrent qu’au début, la plupart des territoires côtiers n’ont pas imaginé que cette nouvelle technologie pouvait intéresser des touristes. Le plus souvent, c’est donc en aval et à la demande des touristes eux-mêmes que les activités associant parcs et tourisme se sont créées. Aujourd’hui, c’est différent, on peut constater que certains acteurs du tourisme ont une réflexion bien en amont de l’arrivée de leur parc en mer. Les offres touristiques proposées sont diverses et variées : promenades en mer, expositions, centres d’accueil de visiteurs, etc.

De manière générale, on observe que la demande des touristes pour des activités liées aux parcs éoliens en mer existe et, d’autre part, que la réflexion et la planification en amont autour de telles activités sont nécessaires. L’éolien en mer pourrait donc présenter une certaine valeur ajoutée touristique, à condition toutefois d’adapter les offres au regard de leur cohérence territoriale.

Crédits photos : DR

Pin It on Pinterest

Share This