Le Port de Dieppe se prépare à accueillir le projet de parc éolien en mer

21/04/2017 | La concertation, La filière industrielle, Le projet

Accueil » Le Port de Dieppe se prépare à accueillir le projet de parc éolien en mer

Entretien avec Jean-Christophe Lemaire, Vice-président du Syndicat Mixte du Port de Dieppe

Comment s’organise la gestion du Port de Dieppe ? Quel est le rôle du Syndicat mixte du Port de Dieppe ?

Le Syndicat Mixte du Port de Dieppe est depuis 2007 géré par un Syndicat mixte composé de quatre collectivités locales : la Région Normandie, le Conseil Départemental de la Seine-Maritime, la Communauté d’agglomération Dieppe- Maritime et la Ville de Dieppe. Le Syndicat mixte est à la fois propriétaire, gestionnaire du Port et responsable de l’investissement et de la modernisation. Le Port de Dieppe est un établissement public qui assume des missions de service public et des fonctions commerciales avec plusieurs activités portuaires. Nos activités se structurent autour de plusieurs axes : la pêche avec un produit phare la coquille Saint-Jacques, le commerce maritime avec des trafics de niche, l’activité fret et passagers du Transmanche avec la liaison Dieppe-Newhaven, la plaisance avec une offre de plus de 800 anneaux et un port à sec innovant aménagé dans une forme de radoub, la réparation navale avec une zone technique équipée d’un élévateur à bateaux puissants. La réalisation d’une base de maintenance pour le futur parc éolien de Dieppe-Le Tréport représente pour le Port de Dieppe une nouvelle activité d’avenir.

Quelle est la stratégie du Port de Dieppe en termes de développement économique ?

Le port de Dieppe est un maillon important de l’économie maritime régionale en réseau avec les autres ports du littoral. Il bénéficie d’un lien fort avec le port de Rouen pour le développement des trafics de vrac, les colis encombrants et la réparation navale, avec le port du Havre pour la création de la filière éolienne marine et la maintenance des parcs éoliens offshore, avec les ports locaux de la Manche pour la mutualisation du dragage, le maintien d’une pêche artisanale et le développement du nautisme… Les ports normands constituent aujourd’hui le premier ensemble portuaire français. Regroupés au sein d’HAROPA, les ports partenaires bénéficient d’une plus grande visibilité au niveau international. Le port de Dieppe, ouvert sur la mer la plus fréquentée du globe, au cœur d’une économie régionale dynamique est un des atouts mer de la Normandie.

De nombreux projets structurants sont mis en œuvre pour que le Port de Dieppe renforce son attractivité. A l’horizon 2020, le montant de l’ensemble des investissements prévus dépasse les 60 millions d’euros, dont près de la moitié pour le développement de la seule activité « éolien en mer ».

Concrètement, que représentent ces investissements ?

L’engagement du Port de Dieppe dans la stratégie régionale en faveur du projet de la création de parcs éoliens offshore constitue une opportunité unique de développement d’activités nouvelles et de création d’emplois.

Des aménagements sont prévus dans l’avant-port pour une base de maintenance dédiée au futur parc éolien, mais aussi une mise à disposition de 2,5ha de terre-plein pendant la phase de construction, ou encore la réorganisation du bassin Ango, sans contrainte de marée, pour l’accueil de navires de servitude.

Crédits : Syndicat Mixte du Port de Dieppe

 

Le Port de Dieppe, dispose d’ores et déjà d’espaces dans l’avant-port pouvant accueillir des colis lourds ou encombrants. La zone technique dotée d’un élévateur à bateaux de grande capacité offre par ailleurs toutes les facilités pour les opérations de maintenance des bateaux de servitude intervenant sur les parcs éoliens marins.

Le professionnalisme des équipes de grutiers, la qualité de l’outillage et le nombre de bateaux manutentionnés depuis dix ans pour alimenter des chantiers éoliens terrestres font de Dieppe le Port référence de la côte d’Albâtre et le port d’attache naturel des navires spécialisés et de servitude qui interviendront pendant la construction et la maintenance du parc éolien marin Dieppe/Le Tréport.

Après la conclusion de l’enquête publique programmée l’année prochaine, le SMPD mobilisera toutes ses ressources pour engager dès 2019 le chantier des aménagements qui feront du Port de Dieppe la base de maintenance du parc éolien offshore.

Quel est l’impact de l’installation de la base de maintenance du futur parc éolien pour le Port de Dieppe ?

Les investissements liés à l’arrivée de l’activité éolienne en mer s’inscrivent pleinement dans la stratégie de modernisation du Port. Les investissements programmés, 20 à 25 millions d’euros pour la seule activité « éolien en mer », participent à la création de nouveaux métiers et d’une filière industrielle spécialisée dans les travaux maritimes. Le Port de Dieppe, moteur de croissance bleue, et les grappes d’entreprises Dieppe-Navals – Dieppe Meca Energies mobilisent de fait toutes leurs compétences pour donner naissance aux emplois de demain en dynamisant l’économie locale et toutes les activités maritimes. L’implantation de la base de maintenance entraînera une création directe d’emplois mais aussi  l’augmentation des recettes pour le Port ce qui permettra d’alimenter localement un cercle vertueux de croissance. C’est un défi que nous devons relever collectivement, une opportunité historique pour faire de la région dieppoise et de la côte d’Albâtre un pôle d’excellence énergétique. L’engagement de la Région Normandie et du Département de la Seine-Maritime aux côtés du Port de Dieppe consolide le capital confiance vis-à-vis des entreprises et des investisseurs.

 Comment envisagez-vous la cohabitation du parc éolien en mer avec les autres usages de la mer ?

Le parc éolien marin Dieppe/Le Tréport constitue pour le Port de Dieppe un puissant levier pour dynamiser l’économie locale et toutes les activités maritimes. Le Syndicat Mixte du Port de Dieppe qui a fait de la mixité des activités et de la mutualisation des moyens sa marque de fabrique demeure le garant du développement équilibré de toutes les activités maritimes. Aucune n’a vocation à prendre l’ascendant sur les autres. La création du parc éolien en mer de Dieppe-Le Tréport exigeant des professionnels de la pêche de s’adapter aux nouvelles conditions d’exploitation de la mer doit être l’occasion d’améliorer leurs conditions de travail et d’assurer la pérennité de leur activité. J’estime par exemple que dans le cadre de la concertation initiée, les promoteurs du projet de parc éolien en mer de Dieppe-Le Tréport devront soutenir la modernisation de la flotte de navires de pêche avec des moteurs de la nouvelle génération, moins consommateurs d’énergie, l’objectif étant de réduire les charges d’exploitation et d’assurer ainsi l’avenir de tous.

La place de la France, grande nation maritime, dans l’éolien offshore et les énergies marines repose sur l’engagement des grandes collectivités et les partenariats les plus sûrs avec les ports dotés des meilleures infrastructures et des savoir-faire les plus reconnus. Le Port de Dieppe, partenaire engagé aux côtés de tous les usagers de la mer constitue un interlocuteur sûr et un atout majeur dans l’offre normande.

Pin It on Pinterest

Share This