WindLab forme les futurs techniciens de maintenance du parc éolien

23/02/2016 | La filière industrielle, Les actus et l'édito

Accueil » WindLab forme les futurs techniciens de maintenance du parc éolien

Entretien avec Virginie Renault, directrice de WindLab.

Photo montrant des stagiaires techniciens en formation chez WindLab à Amiens, région de Picardie

Virginie Renault, pouvez-vous dans un premier temps nous présenter WindLab ?

WindLab est un espace dédié à l’éolien créé par la région Picardie, qui propose principalement deux formations, l’une en formation continue pour les demandeurs d’emplois et les salariés[1] et l’autre en formation initiale pour les publics scolaires[2].

Nous préparons ainsi à deux types de « diplômes » :

  • En formation continue, un diplôme labellisé BZEE[3] de technicien de maintenance des parcs éoliens ;
  • En formation initiale et en apprentissage, le BTS maintenance des systèmes avec l’option « éolien ».

Nous recevons beaucoup de demandeurs d’emplois, de scolaires et des entreprises avec lesquels nous échangeons sur notre activité et les métiers de l’éolien. Ces visites et ces journées porte-ouvertes accueillent chaque année de 300 à 350 personnes.

Nous ouvrons également notre plateforme à des projets de Recherche & Développement. Elle est alors mise à disposition pour effectuer des tests sur de nouveaux procédés, outils, matériels… pour certains de nos partenaires.

Quels sont les atouts de votre formation ?

Au sein de la formation BZEE, que nous avons lancée en 2013, nous formons des techniciens de maintenance directement opérationnels dans le secteur de l’éolien terrestre. Ils peuvent l’être également dans l’éolien en mer en cherchant un complément de formation pour s’adapter aux postes en mer. Passer de la terre à la mer peut être vécu par ces techniciens comme une opportunité de progresser dans la profession.

La formation WindLab propose des équipements très fonctionnels pour former les stagiaires : une plateforme avec trois nacelles, un mat d’éolienne de 30m, etc. Tous les équipements sont adaptés ou conformes à ce que l’on retrouve sur le terrain.

WindLab et ses 2 organismes habilités BZEE ont d’ailleurs satisfait à l’audit de certification GWO (Global Wind Organisation) réalisé au mois de janvier. Cette norme qualité dans l’éolien a été créée par un consortium d’entreprises issues de l’éolien en mer et renforce l’excellence de notre formation dans le domaine de la sécurité (en hauteur, lors d’exercices d’incendie, en premiers secours et en manutention).

Pouvez-vous nous en dire plus sur les passerelles possibles entre la formation WindLab à l’éolien terrestre et le secteur de l’éolien en mer ?

Sur terre ou en mer, le métier de technicien de maintenance reste le même. C’est cela qui nous a rapproché du projet de parc éolien en mer de Dieppe Le Tréport. Les professionnels issus de notre formation BZEE qui auront quelques années d’expérience dans le terrestre d’ici la mise en exploitation du parc auront une vision globale du métier de technicien et pourront passer sur un poste de technicien de maintenance en mer grâce à leurs acquis professionnels. Ils doivent simplement ajouter à leur formation un complément « sécurité en mer ».

Quel est le profil de vos candidats ? Accueillez-vous seulement des stagiaires de Nord-pas-de-Calais / Picardie ?

Les stagiaires de la formation BZEE sont principalement de niveau bac + 2 (BTS, 56%) et disposent généralement d’une spécialisation en électro-tech ou en maintenance. Nous intégrons également des personnes ayant un bac professionnel industriel avec de l’expérience.

La majorité de nos stagiaires viennent de Picardie/Nord-pas-de-Calais  (80%), puis de l’ex-Haute-Normandie (région avec laquelle nous avions signé une convention spécifique). Le reste des stagiaires viennent de toute la France, notamment des régions qui ne sont pas équipées de ce type de centre (il en existe seulement 5 en France).

Quel est le taux d’embauche de vos stagiaires à l’issue de la formation ? Où vont-ils travailler ?

A la sortie de la formation BZEE, environ 85% des stagiaires sont en poste (et 100% d’entre eux se voient offrir une ou plusieurs opportunités). 72% d’entre eux trouvent directement un contrat en CDI, et les contrats en CDD débouchent généralement sur un contrat en CDI.

75% des stagiaires travaillent en Picardie/Nord-Pas-de-Calais  à l’issue de la formation.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du parc éolien en mer de Dieppe – Le Tréport ?

Nous sommes attentifs aux emplois de maintenance qui seront créés par le parc éolien. Notre idée commune est d’aller rechercher des professionnels déjà opérationnels qui pourront accéder rapidement au secteur de l’éolien en mer. Cela répondra notamment aux attentes de certains stagiaires, notamment les plus jeunes, qui entrent à WindLab avec l’envie initiale de travailler dans l’éolien en mer.

Un accord a été signé entre WindLab et Eoliennes en Mer Dieppe Le Tréport (EDMT) et Adwen : quelles sont selon vous les pistes prioritaires de travail pour votre collaboration future ?

Notre priorité sera d’anticiper les besoins, le plus clairement possible, pour identifier les profils recherchés par EMDT ainsi que ses calendriers de recrutement.

L’autre priorité sera d’assurer une passerelle entre l’éolien terrestre et l’éolien en mer pour préparer et former nos stagiaires, et assurer une passation d’un secteur vers l’autre.

Comment une personne intéressée par cette formation peut-elle entrer en contact avec WindLab et s’inscrire à une formation ?

Directement sur le site internet de WindLab via un formulaire de contact. Nous répartissons ensuite les candidatures en fonction du profil de la personne (son statut) et du calendrier de nos sessions de formation, qui sont au nombre de deux par an. Nous effectuons une première sélection selon le profil, l’expérience du candidat, puis une seconde via des tests d’aptitudes physiques et techniques et surtout des entretiens avec des professionnels.

Pour plus d’informations : http://www.windlab.picardie.fr/

 

Crédits photos : Copyright WindLab

 

[1] Réalisée par Proméo Amiens et le Greta grand Amiénois (tous deux sélectionnés par la Région)

[2] Réalisée par le Lycée E. Branly et le CFA Proméo de Friville-Escarbotin.

[3] Certificat de qualification reconnu dans le milieu professionnel de l’éolien

Pin It on Pinterest

Share This