La filière industrielle

Accueil » Le projet » La filière industrielle

La filière industrielle française de l’éolien en mer

Le lancement de six projets éoliens en mer depuis 2011 a permis à l’État d’amorcer la structuration d’une nouvelle filière industrielle. L’émergence de cette filière “Éolien en Mer” participe à la transition énergétique, à la création d’emplois et à l’innovation en France.

Un projet structurant pour la filière française de l’éolien en mer

  • 750 emplois directs pour la construction et l’assemblage des éoliennes dans les deux usines Siemens Gamesa qui seront implantées au Havre.
  • 750 emplois mobilisés pour la fabrication des autres éléments majeurs du parc (fondations, câbles inter-éoliennes, sous-station électrique en mer) ainsi que leur installation en mer, ce qui représente une opportunité de croissance pour les entreprises françaises, dont régionales, du secteur.
  • Un travail mené par EMDT auprès des acteurs économiques locaux pour :
    • Informer les entreprises des appels d’offres à venir.
    • Participer à leur montée en compétences pour leur permettre
      d’intégrer la chaîne d’approvisionnement du projet.

Éoliennes en mer Dieppe Le Tréport a travaillé avec plus de 60 entreprises de la Seine-Maritime et de la Somme.

Plus de 800 entreprises identifiées par Siemens Gamesa en France comme potentiels sous-traitants pour la fabrication d’éléments de l’éolienne.

 

L’exploitation et la maintenance

Le parc éolien en mer de Dieppe Le Tréport sera exploité pendant une durée minimale de 25 ans. La phase d’exploitation et de maintenance entraînera la création, sur les deux sites de Dieppe et du Tréport, d’emplois locaux non-délocalisables.

 

Quelles perspectives d’emplois ?

Les emplois mobilisés feront appel à des profils très différents regroupés en trois catégories :

Les techniciens de maintenance

qui seront chargés d’assurer la maintenance des éoliennes, des câbles, des fondations et de la sous-station électrique en mer, représenteront la majorité des effectifs (environ 60 %).

Les marins

qui permettront le transport du personnel de maintenance et du matériel (environ 10 %).

Les superviseurs

qui seront en charge du suivi de production, du suivi technique, de l’exploitation du parc et de la télésurveillance (environ 30 %). Pour certains de ces postes, l’exploitant pourra faire appel à des profils d’ingénieurs.

EMDT travaille avec les principaux acteurs de la formation en Normandie et dans les Hauts-de-France qui proposent des cursus en lien avec les emplois de l’éolien en mer : 

 

  • Le Lycée Pablo Neruda à Dieppe.
  • Le Lycée Émulation Dieppoise à Dieppe.
  • Le Lycée Guy de Maupassant à Fécamp.
  • Le Lycée maritime Anita Conti à Fécamp.
  • Le Lycée Jean-Baptiste Colbert au Petit-Quevilly.
  • Le Lycée Jean Rostand à Offranville.
  • Le Lycée Anguier d’Eu.
  • L’IUT de Rouen Normandie au Mont-Saint-Aignan.
  • L’IUT de Cherbourg.
  • Le WINDLab à Amiens.
  • L’INSA de Rouen.

Pin It on Pinterest

Share This