L’industrie française au service de l’éolien en mer

05/04/2018 | La filière industrielle, Les actus et l'édito

Accueil » L’industrie française au service de l’éolien en mer

Entretien avec Cécile Manuelli, Cheffe de projet chez Dillinger.

Pouvez-vous nous présenter DILLINGER ?

DILLINGER est le leader européen de la fabrication de tôles de forte épaisseur et de grande largeur en acier de qualité. Le groupe DILLINGER dispose de deux laminoirs, le premier situé à Dillingen dans la Sarre, en Allemagne, et le second situé à Dunkerque, en bordure de la mer du Nord dans les Hauts-de-France. Nous produisons près de deux millions de tonnes par an, dont un tiers à Dillinger France, le site dunkerquois.

Le groupe représente 7 500 salariés, qui travaillent 24 h sur 24 depuis la fabrication de la fonte jusqu’à la tôle parachevée, en passant par la fabrication de l’acier liquide, au service de nos clients. Notre capacité à livrer de grandes quantités de tôles fortes sur une durée de livraison restreinte est également un de nos atouts.

Nous livrons différents segments de marchés, notamment les énergies renouvelables, comme l’éolien en mer. Nos tôles servent également à la fabrication des tubes de transport de gaz et de pétrole (linepipe), d’appareils à pression ou d’éléments de chaudronnerie, de plateformes Offshore, ou encore de ponts ou de grands bâtiments. Pour ne citer que quelques ouvrages de construction métallique parmi les plus connus, citons par exemple le pont de Normandie, le viaduc de Millau ou le World Financial Center à Shanghai.

Pour quels parc éolien en mer avez-vous déjà travaillé ?

En tant que leader européen des tôles fortes en acier, nous avons livré la majorité des parcs éoliens offshore européens.

Actuellement, nous avons près de 70 références de parcs éoliens pour lesquels nos tôles ont servi, en particulier à réaliser les fondations des éoliennes ou des sous-stations électriques. Parmi ces références, nous pouvons citer GEMINI, l’un des plus grands parcs éoliens offshore au monde, mis en service aux Pays-Bas en 2017 et pour lequel nous avons livré 94 500 tonnes de tôles fortes.

Nous pouvons citer également DAN TYSK, à la frontière germano-danoise. Pour ce projet, nous avons livré des tôles fortes pour les fondations monopieux et la sous-station électrique. Quelques autres projets emblématiques tels que BALTIC 2 en Allemagne, LONDON ARRAY, WALNEY, THANET en Grande-Bretagne sont également réalisés à partir des aciers DILLINGER.

Quelle est la particularité d’un acier destiné à un parc éolien en mer ?

En milieu marin, les conditions de vie de l’acier sont particulièrement difficiles. C’est pourquoi les fondations des éoliennes offshores doivent être solides, stables et durables.

Crédits : Dillinger

En raison de sa haute résistance et de sa longévité, l’acier est un matériau recyclable que les constructeurs de fondations d’éoliennes offshores privilégient.

Les applications Offshore font principalement appel à des tôles laminées thermo-mécaniquement qui ont des caractéristiques optimales, aussi bien en termes de résistance que de résilience, ce qui facilite considérablement la réalisation des soudures, et permet de réduire les coûts de mise en œuvre.

DILLINGER a une très longue expérience dans ce type d’acier et innove régulièrement, jusqu’à battre des records mondiaux d’épaisseur et de poids unitaire de tôle.

Quelle est votre vision de l’arrivée d’un parc éolien au large de Dieppe Le Tréport ?

L’arrivée d’un parc éolien est dans la lignée des décisions gouvernementales sur le développement durable et les énergies renouvelables. Nous sommes très soucieux de l’environnement en tant qu’entreprise certifiée ISO 14 001 « système de management environnemental » et ISO 50 001 « système de management de l’énergie » donc il nous paraît important de développer toute forme d’énergie renouvelable. D’un point de vue économique et technique, ce projet est enthousiasmant et représente un nouveau défi à relever pour la filière française et le Groupe DILLINGER.

Pin It on Pinterest

Share This